Récepteurs de la dopamine dans les adénomes sécréteurs de l’hormone

17Preuve des récepteurs de la dopamine dans les adénomes sécréteurs de l’hormone de croissance humaine (GH) avec étude concomitante de l’inhibition de la sécrétion de GH par la dopamine dans un système de perfusion.

La dopamine (DA) est connue pour influencer la libération de GH humaine à la fois in vivo et in vitro. Le contrôle direct de la sécrétion de GH au niveau de l’hypophyse a été observé en utilisant des adénomes hypophysaires sécrétant de la GH humaine en culture d’organes, mais aucune relation dose-réponse entre l’inhibition de DA et GH n’a été démontrée. Une telle relation dose-réponse a été obtenue en utilisant des cellules adénomateuses sécrétant de la GH dans une colonne à perfusion. La CI50 de DA était de 5 X 10 (-8) M. Des études de liaison avec la [3H] apomorphine sur des membranes d’adénome hypophysaire sécrétant de la GH humaine ont démontré la présence d’un récepteur dopaminergique (Kd = 0,73 ± 0,24 nM; +/- 3,6 fmol / mg de protéine), ce qui présuppose vraisemblablement l’effet de l’AD sur la libération de GH. En comparaison avec des études antérieures avec des adénomes sécrétant des PRL, plusieurs différences étaient apparentes: 1) l’inhibition maximale de la libération de GH par DA est inférieure à celle de PRL (50% vs 80%), 2) le nombre maximal de sites de liaison est beaucoup plus faible (5-20 fois) dans les adénomes sécrétant la GH que dans les adénomes sécréteurs de PRL, et 3) [3H] dompéridone ne montre pas de liaison spécifique sur les adénomes sécrétant la GH mais sur les adénomes sécréteurs de PRL. Ces résultats expérimentaux indiquent que le contrôle dopaminergique de la sécrétion de GH est différent de celui de la sécrétion de PRL, car DA est moins efficace sur la libération de GH que sur la libération de PRL par les adénomes hypophysaires humains

Bression D, Brandi AM, Nousbaum A, Le Dafniet M, Racadot J, Peillon F.